Sky Doll (Barbucci & Canepa)

Aujourd’hui j’innove, puisque la chronique du soir ne portera pas sur un roman mais sur une BD ! Eh oui, j’aime bien les images aussi, et quand on voit l’étendue des rayons bande dessinée dans toute bonne librairie, y’a vraiment de quoi satisfaire tous les goûts possibles !
Je n’en lis malheureusement pas non plus énormément (c’est que c’est pas donné non plus ces petites choses la), et la première a passer à la casserole est Sky Doll.

Barbucci et Canepa sont les deux instigateurs de cette magnifique série, dont pour l’instant trois tomes sont déjà parus. Pour tout vous dire, je pensais qu’il n’y en avait pas plus de prévus, sauf que lors de ma dernière lecture, je me suis aperçue du petit « à suivre » sur la dernière planche de La ville blanche

Les trois tomes en question :

1 – La ville jaune
2 – Aqua
3 – La ville blanche

Pour vous résumer un peu la chose, cette bande dessinée nous invite à suivre l’étrange parcours de Noa, une jolie Sky Doll. La Sky Doll est une poupée en plastique synthétique, conçue à la base pour la satisfaction de certains instincts primaires… Ahem. XD
Sa vie, sensée donc rester basique et sans surprise, va être chamboulée par sa rencontre avec Roy et Jehu, ambassadeurs papaux de leur état.

Parce qu’il est en effet question de religion ici. Mais la situation est loin d’être rose, puisque leur civilisation est en proie à une dictature religieuse, menée par la papesse Ludovique d’une main de fer. Rajoutez à ça la remise en cause de cette domination, en particulier suite à la disparition d’Agape, papesse reniée et soeur de Ludovique, et vous obtenez une situation bouillonnante et prête à exploser.

C’est donc dans ce monde futuriste, peuplé de divers peuples et autres gadgets intergalactiques, que l’on va suivre la destinée très particulière de Noa.

Je vais m’arrêter la pour le résumé de l’histoire, je voudrais pas vous spolier non plus… 😉

Ce qui m’a plu dans cette BD, c’est dans un premier temps l’univers visuel. Il faut dire ce qui est, les dessins et les couleurs sont juste magnifiques.
Puis au fur et à mesure que l’on progresse dans l’histoire, on se rend compte que l’on a affaire à quelque chose de plus sérieux qu’on ne le pensait.

L’histoire et les personnages sont assez fouillés, et font pas mal réfléchir sur la condition humaine en général.

En effet, Sky Doll nous dépeint l’image d’une religion omniprésente et tyrannique, ne laissant pas aux gens leur capacité à réfléchir et à s’interroger sur eux même et leur situation. Elle n’en fait que des bêtes moutons en les abrutissants, absorbant tout ce que les médias (religieux ici aussi) veulent bien les abreuver.
On trouve au final beaucoup d’esprit critique et de cynisme dans cette bande dessinée, notamment avec le parallèle flagrant avec nos religions et le christianisme en particulier.

On est amené à réfléchir sur ce que peut nous faire faire la religion, et plus généralement le pouvoir totalitarisme, entre les mains d’une seule et même personne.
Enfin, j’ai trouvé la façon de Canepa et Barbucci de mêler religion et médias très intéressante, surtout quand on voit la place que prennent ces derniers de nos jours. Tout est réduit à la consommation pure et simple, sans pour autant qu’on se demande si on a vraiment besoin de tout ça.

Quelle est d’ailleurs la place de Noa dans tout ce cirque? A l’heure qu’il est, on ne peut rien dire, il faut attendre que la suite paraisse. Une chose est sure, elle a déjà chamboulé pas mal de chose et ouvert les yeux à certaines personnes et est en passe de révéler beaucoup au grand monde. Comme quoi, les choses peuvent bouger, si on se pose quelques questions…

Je dépeins jusqu’ici un tableau très sérieux et très sombre de Sky Doll. Je vous rassure tout de suite, c’est une bande dessinée qui possède beaucoup d’humour, au travers de petites piques disséminées tout au long des planches… C’est juste que sous couvert d’apparence légère, elle cache bien plus que ça.

Un très bon moment à passer en perspective, tout en mettant le doigt sur des points délicats et sérieux.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Sky Doll (Barbucci & Canepa) »

  1. Ahhh Skydoll une de mes BD favorites. J’adore a la base tout bonnement le style de BArbucci et Canepa (autant ici que dans Witch -oui je lisait minnie mag et alors :p). J’apprecie aussi le coté plus serieux cela dit.

  2. C’est ce que j’apprécie aussi beaucoup dans cette BD, ce côté sérieux qui se marie très bien avec le style extra de Barbucci et Canepa…
    Pour tout dire, j’ai commencé cette série parce que j’adore le dessin du perso de Noa et que je trouve les couleurs sublimes… L’histoire je ne l’ai connue qu’en lisant, et ça s’est avéré très bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s