La joueuse de go (Shan Sa)

Troisième ouvrage lu de mon challenge ABC 2009, je vous présente aujourd’hui un livre qu’on peut considérer comme un classique dans son genre.
Vous voulez en savoir plus sur la Joueuse de Go de Shan Sa? C’est dans la suite !

joueuse de go

Depuis 1931, le dernier empereur de Chine règne sans pouvoir sur la Mandchourie occupée par l’armée japonaise. Alors que l’aristocratie tente d’oublier dans de vaines distractions la guerre et ses cruautés, une lycéenne de seize ans joue au go. Place des Mille Vents, ses mains infaillibles manipulent les pions. Mélancolique mais fiévreuse, elle rêve d’un autre destin. « Le bonheur est un combat d’encerclement. » Sur le damier, elle bat tous ses prétendants.
Mais la joueuse ignore encore son adversaire de demain : un officier japonais dur comme le métal, à peine plus âgé qu’elle, dévoué à l’utopie impérialiste. Ils s’affrontent, ils s’aiment, sans un geste, jusqu’au bout, tandis que la Chine vacille sous les coups de l’envahisseur qui tue, pille, torture.

En voilà un roman riche et intéressant !
Pour l’instant, de tous les romans que j’ai lus de mon challenge (bon OK, trois. Facile de juger), c’est celui qui m’a le plus plu.

Tout au long des pages, on suit les pérégrinations de deux jeunes gens : la joueuse de go et l’officier japonais si vous avez bien suivi le quatrième de couverture. Les chapitres très courts (2/3 pages en moyenne), instillent un rythme soutenu sans pour autant être oppressant. On parcourt les lignes s’en se rendre compte du temps qui passe et des pages qu’on dévore. D’autant qu’on alterne entre les deux personnages en permanence, renforçant ce côté dynamique et rebondissant de l’histoire.

Pour moi qui ne connait au final que très peu de chose sur l’Asie, sa culture et ses coutumes, La joueuse de go m’aura permis d’en savoir un peu plus. On est emporté dans les années 30, au cours desquelles la situation est loin d’être facile en Chine. Déchirure, violence, conquête sont légions. Le roman mêle d’ailleurs très habilement les deux points de vue, les événements de cette époque sont observés à travers les yeux des deux camps, chinois et japonais (voir trois camps, si l’on rajout l’aspect mandchou), on ressent bien les impossibilités et incompréhensions liées aux différences culturelles.

Enfin, l’âge particulièrement sensible (adolescence) des protagonistes achève de compléter la complexité de la situation. La fin est d’ailleurs très émouvante.

Un roman qui se lit très bien, on se laisse radicalement emporter dans cette époque et situation sûrement fort méconnues de beaucoup.
Et qui donne envie d’en savoir un peu plus sur le go !!

Publicités

2 réflexions au sujet de « La joueuse de go (Shan Sa) »

  1. @ Karine : l’intrigue se passe en Mandchourie par contre ! Où un bataillon de soldats japonais a été envoyé ! Mais il permet d’avoir un petit aperçu des mentalités et de l’époque, selon les différentes cultures… 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s