Self-Made Man (Poppy Z. Brite)

Ca commençait à faire un bout de temps maintenant que j’entendais parler de Poppy Z. Brite, et donc de tous les commentaires/avis/critiques qui vont forcément avec.

A savoir, soit on accroche à mort soit c’est vraiment pas possible. Tout noir ou tout blanc quoi. Ok je caricature, mais c’est un peu comme ça que j’ai ressenti la chose. Il faut aussi dire que la demoiselle (ou plutôt la dame, elle est mariée) a un style bien particulier et propre à elle, à ne pas forcément mettre entre toute les mains.

.

self made man poppy z. brite

.

En lisant la – bonne – critique de Self Made Man sur If is dead, j’ai eu envie de me jeter à l’eau et enfin, de découvrir l’univers de Brite.

Le format recueil de nouvelles et la belle couverture ayant aidé aussi.
.

Hanté par les enfants de la nuit et les exclus du rêve américain, imprégné de rock et de culture gothique, ce recueil aux multiples facettes serpente du fantastique morbide à la littérature criminelle, de l’histoire au conte de fées, explore les amours homosexuelles, décline les représentations modernes des démons…

.

.

Comme je vous le précisais en introduction, Self Made Man est un recueil de nouvelles. Il y en a exactement 12, sans avoir de liens entres elles bien que certains des personnages soient issus d’autres romans de Brite. Comme toujours lorsque je critique un recueil, je ne vais pas vous faire de récapitulatif de chaque nouvelle, préférant une vision globale de l’oeuvre.

Chaque histoire va nous transporter dans un monde qui est le notre mais dans sa face la plus noire, explorant les diverses perversités de l’âme humaine. Teintées ou non de fantastique et d’iréel, on reste toutefois les pieds bien ancrés sur terre, revisitant événement historique, vie de rock star déchue ou encore scène de vie commune de personnages complètement dévastés. Des contes modernes voulant pousser le lecteur à bout, tester son humanité dans notre époque des plus étranges…

.

Le style est fluide et limpide, j’ai beaucoup aimé sa façon d’écrire. Elle nous transporte très habilement dans ses récits tordus et sombres, sans heurts apparents malgré la violence et le malaise très réel de ses histoires. Et il faut quand même avouer que c’est un sacré tour de force !! Les mots sont crus et on ne peut plus explicites et les scènes en vont de même, surtout celles de violence pure ou de sexe. On est pas dans Twilight ici, tout est décrit presque au millimètre près..

Il est évident que ses écrits peuvent choquer, dégouter, révolter. Je pense même que dans le fond c’est vraiment ce qu’elle recherche, provoquer des réactions dans ce monde aseptisé où tout droit absolument être lisse et parfait, sans le moindre accroc. Je ne vais pas dire que c’est rafraîchissant, le terme n’étant pas vraiment adapté, mais on a vraiment affaire à quelqu’un qui y va à fond sans avoir peur du regard des autres. Qui ne se complait pas dans ce qu’elle a déjà mais qui va plutôt chercher à repousser ses limites, toujours et encore.

.

Vous l’aurez donc compris, mais je suis tombée du côté de ceux qui aiment. Il y a quelque chose dans sa manière d’écrire, de mélanger les genres avec notre époque, de retravailler des faits historiques en les teintant de fantastique, quelque chose donc qui m’a vraiment accroché. C’est bête à dire, mais les scènes les plus explicites sont presque évidentes dans la trame prise par les nouvelles. Elles forment un tout et son indissociable du récit global, donnant beaucoup de force aux idées que veut véhiculer Poppy Z. Brite. Parce que dans le fond, rien n’est gratuit et c’est une des grandes forces de son oeuvre. Elle nous met face à nos démons, nous incitant à réfléchir à ceux qui peut pousser les être humains à de telles horreurs…

.

.

Suite à cette lecture, j’ai bien évidemment eu envie de confirmer (ou non!) ma première impression. J’ai donc Alcool dans ma PAL mais je compte bien m’attaquer à ses romans les plus connus, Ames perdues et Le corps exquis pour ne pas les nommer !!

Publicités

4 réflexions au sujet de « Self-Made Man (Poppy Z. Brite) »

  1. Alcool, c’est bien, mais c’est du Brite très épuré, plus de violence et plus de sexe, elle s’est bien assagie (et je le regrette, mais je suppose qu’apres 10ans de splatterpunk, il faut passer a autre chose).
    Je ne peux que te conseiller Ames Perdues et Corps Exquis qui sont des monuments pour moi *_*.
    En tout cas, je suis contente que tu soies tombée du coté de ceux qui aiment =D

  2. @ Seraf’ : ouaip c’est ce que j’avais cru comprendre! Mais il m’en fallait un autre juste après avoir fini Self Made Man, et il restait celui là.
    Mais bon, vu que je suis partie pour lire quasi tout ce qu’elle a écrit, pas de blem je lirais sans soucis Ames Perdues et Corps Exquis !! 🙂 En espérant qu’ils soient à la hauteur de ce que j’en entend dire…

  3. @ Tigger Lilly : au risque de me répéter, c’est vraiment ce qui m’a plu dans ses textes. C’est cru et gore, bourré de scènes extra explicites et pourtant ça passe très bien. On vit dans une société où on est agressé sans arrêt d’images toutes plus violentes les unes que les autres. Là, c’est dans un bouquin, donc ça laisse le temps de la réflexion, on cogite et on digère ce qu’on vient de lire, c’est plus que de se gaver simplement d’images déjà toutes prêtes…
    Corps Exquis fait parti de mes challenges, je sens que je vais vite dévorer tous les écrits !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s