Tokyo (Mo Hayder)

J’ai débuté avec Mo Hayder il y a quelques mois de ça maintenant, par Pig Island pour être précise. J’étais ressortie de ma lecture assez dubitative, ayant entendu tellement de bien de l’auteur. La mayo n’avait pas prise avec moi pour le coup. Mais comme j’ai des tendances un peu maso parfois, je n’ai pas lâché l’affaire !

.

Tokyo

.

Je me suis donc procuré Tokyo en voulant profiter d’une offre de l’éditeur qui proclamait « un livre offert pour deux achetés ». Et le moins qu’on puisse dire, c’est que j’ai bien fait.

.

Quand Grey débarque à Tokyo sans attaches, argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Sa rencontre avec Jason, pour lequel elle éprouve une fascination immédiate, est déterminante : il lui trouve un toit, une maison délabrée vouée à la démolition, et un emploi dans un club à hotesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d’une nurse à la silhouette monstrueuse…

Moeurs inavouables, violence, écrasant secret… Ce nouvel univers est pourtant familier à Grey. Le but de son voyage ? Retrouver un mystérieux film à l’existence contestée datant de l’invasion de la Chine par les Japonais. Un seul homme pourrait l’aider. Un survivant du massacre qui refuse de répondre à ses questions…

.

.

Voilà pour le quatrième de couverture. Le ton est donné d’entrée de jeu : l’atmosphère promet d’être tendue, sombre et glauque, lourde de mystères, de secrets et autres cachotteries morbides.

.

Tout d’abord, on ne suit pas une histoire mais deux : celles des deux protagonistes principaux de l’intrigue, à savoir Grey – une jeune Anglaise au passé plus que douloureux et particulier – et le professeur Shi Chongming – un Chinois résidant et travaillant au Japon -, leurs deux histoires étant narrées à deux époques différentes. Celle de Grey est contemporaine alors que celle de Shi Chongming remontant à l’année 1937 et aux tragiques événements de Nankin, envahie par les Japonais.

.

Mo Hayder mène ici une narration d’une très grande classe, le mélange entre faits historiques et tragédie toute personnelle étant faite de façon très subtile. La tension monte doucement mais sûrement, pour finir par être difficilement supportable à la fin du roman, tant on attend de connaître le dénouement de ces deux histoires intimement liées… La encore, on tombe dans des scènes de cauchemar mais sans volonté d’écrire des choses crues gratuitement, la plupart étant d’ailleurs plus suggérées que vraiment décrites. Elle prend également le temps de présenter ses personnages, dont on perçoit la douleur et la souffrance réelle au fur à a mesure de la lecture, des épreuves qu’ils ont du endurer lors d’une partie de leur vie et qu’ils continuent de subir, quelque que soit le temps écoulé depuis….

.

L’autre grande force de Tokyo est sans conteste l’important travail de documentation de Mo Hayder. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle entre Grey et l’auteur, au regard de la propre vie de l’écrivain qui a elle-même passé une partie de sa jeunesse dans la capitale nipponne. Mais ce sont surtout les événements de Nankin qui m’ont marquée. Les faits et gestes de l’armée japonaise en Chine sont trop souvent méconnus du public, la population japonaise n’étant souvent même pas au courant de ce qui s’est passé dans l’ancienne capitale chinoise, ce passé sombre de leur pays n’étant réapparu dans les livres d’histoire il y a quelques années seulement…

Un roman basé sur des faits historiques, qui donne envie de s’interroger un peu plus sérieusement sur les différentes tragédies qui ont secouées la planète ces dernières décennies et qui ne vont malheureusement pas s’arrêter comme cela…

.

.

Me voilà donc réconciliée avec Mo Hayder ! Finalement, je ne regrette aucunement d’avoir commencé par Pig Island, si j’avais fait l’inverse ma déception aurait été grande !! Je perçois également mieux le ton de l’écrivain, qui ne cherche pas à faire du sensationnel pour le sensationnel, mais cherche plus à nous montrer quelle peu être la souffrance à titre individuelle, par des actes qui peuvent parfois être anodins mais qui changent des vies à tout jamais…

Publicités

10 réflexions au sujet de « Tokyo (Mo Hayder) »

  1. Moi j’ai commencé par ce roman ci et je me suis arrêtée là. Je n’avais pas aimé plus que ça : lent, invraisemblable, un personnage que je trouvais fade… la seule partie intéressante étant le côté historique sur Nankin que je ne connaissais pas du tout. On sent effectivement le travail de documentation et de recherche qui a du être important.

  2. @ Petite Fleur : c’est sûr que l’intrigue est lente et les personnages particuliers… J’ai eu l’occasion de le lire de façon « intensive » (deux grosses sessions de lecture), ce qui m’a permis de rester « imprégnée » de l’atmosphère particulière. Mais je comprend parfaitement l’aspect qui a pu te rebuter !!!
    Reste pour moi à confirmer (ou non) Mo Hayder avec une troisième lecture !!

  3. Ah! Je suis contente qu’il t’ai plu, j’avais vraiment été emportée par le roman et cette atmosphère…..particulière que je n’ai jamais retrouvée ailleurs.
    Tokyo est un livre spécial mais qui vaut le détour. Bien dégeu parfois si on a une imagination vive.

  4. @ Audrey : c’est complètement ça pour l’ambiance ! Un truc très spécial et propre au bouquin, unique même, qu’on ne pourra pas retrouver ailleurs… Je m’attendais à un truc plus « trash » mais en fait toute sa force c’est de suggérer… De laisser le lecteur se faire son idée tout seul de ce qui se passe.
    Tout bon quoi !!

  5. Oui, bon, la guirlande dans le jardin à la fin du bouquin beurk beurk quoi…et encore pire au dénouement.
    On rentre petit à petit dans l’horreur mais sans que ça soit vraiment « horrible » en terme de description.

  6. @ Audrey : Ah c’est klr ça !! Mais le pire c’est que j’essayais quand même « d’imaginer » le rendu que ça pouvait avoir… Mais perso, je trouve qu’il n’y a rien de mieux que de laisser le lecteur se faire sa propre idée plutôt que de balancer les détails crument, on est plus imprégné de l’ambiance glauque je trouve !!

  7. Tokyo est l’un de mes livres préférés. C’est un vrai petit bijou.
    Je ne pense pas pouvoir trouver un livre qui m’a donné autant d’émotion. Je l’ai lu d’une traite et contrairement a beaucoup je n’ai jamais ressenti de longueurs narratives.
    L’histoire sur Nankin est vraiment le point fort . Les flashs backs montent en intensité et on se doute bien qu’il ne pourra arriver qu’une tragédie à la fin. L’histoire de Grey et sa recherche de vérité est aussi captivante et on se demande jusqu’au bout le lien entre les 2 histoires.
    Dommage que Mo Hayder n’a pas continué sur sa lancée dans ses autres livres. J’ai tenté Pig Islang mais je n’ai pas pu finir. Rituels et Birdman sont  bons  mais rien à voir avec la qualité et l’originalité de Tokyo…

  8. @ Thalia : j’ai lu Pig Island et Tokyo, et là je viens de m’acheter Rituel. A voir si j’accrocherais autant !
    @ Spiz : Je plussoie pour l’histoire de Nankin (ça m’a fait d’autant tilter qu’un cheval de mon centre équestre s’appelle comme ça ^^), c’est vraiment une période qu’on ne connait pas et encore pire en occident. Les deux récits sont fort bien entrelacés, ça passe tout seul.
    Je viens d’acheter Rituel qui, il me semble, suit une trame narrative plus « classique », on verra bien ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s