The Graveyard Book (Neil Gaiman)

Tient donc, moi lisant un ouvrage de Neil Gaiman… Comme c’est étonnant ! J’ai pris depuis quelques temps l’habitude de lire ses livres en version originale, en anglais donc. La chose n’est pas des plus difficile, si vous lisez du Harry Potter dans la langue de Shakespeare, ça ne devrait pas vous poser de problème par exemple d’autant que The Graveyard Book est à la base un roman jeunesse.

.

The Graveyard Book

.

Alors, ai-je simplement aimé ou beaucoup aimé ? (je suis plus objective, c’est plus la peine. Mais vous pouvez poursuivre l’article quand même hein… ^^).

When a baby escapes a murderer intent on killing the entire family, who would have thought it would find safety and security in the local graveyard? Brought up by the resident ghosts, ghouls and spectres, Bod has an eccentric childhood learning about life from the dead. But for Bod there is also the danger of the murderer still looking for him – after all, he is the last remaining member of the family. A stunningly original novel deftly constructed over eight chapters, featuring every second year of Bod’s life, from babyhood to adolescence. Will Bod survive to be a man?

.

Et un de plus pour mon challenge Lecture en VO ! Challenge toujours aussi bancal pour moi vu que j’ai pas fait la moitié des billets de bouquins que j’ai lu (je suis à la bourre la aussi), mais l’important pour moi est plus de lire que d’écrire actuellement… ‘fin bref.

.

En tout cas, pas de doute, c’est bien du Gaiman. Le style est toujours aussi fluide et agréable, on est immédiatement immergé dans le curieux monde de Nobody Owens.

Le récit est simple et la trame principale ne représente pas l’attrait majeur du roman, le but n’étant pas en effet de pondre un thriller classique où le héros reviendra revenchard et plus déterminé que jamais à venger la mort de ses parents à grand renfort d’effets spéciaux et gadgets digne de James Bond. Non. La grande force de The Graveyard Book est bien dans les lieux et les mystérieux personnages qu’on peut y croiser.

Et pour ça donc, impossible de faire l’impasse sur le fameux cimetière. Posé et isolé sur sa petite colline, ayant traversé de nombreuses époques et s’étant enrichi de ce que chacune avait à proposer, ce lieu poétique et romantique est peuplé de personnages tout aussi farfelus et hauts en couleurs. Entouré de ses parents adoptifs et de son étrange protecteur Silas, Noboby va grandir et découvrir ce que personne n’a connu avant lui. Entre les cours dispensés par des professeurs plusieurs fois centenaires, les éléments indésirables ou encore les amis qui ne vieillissent pas, ce livre regorge de petits instants magiques qui nous feraient voir d’un autre oeil les cimetières la nuit… Et une mention spéciale à la sublime scène de la Macabre Danse, où pour une nuit, vivants et morts se mêlent pour danser… Tout simplement magique !

Une replongée en enfance menée de main de maître, où l’on va suivre les joies et les peines de Bod comme celle de n’importe quel enfant (qu’on a pu être nous même) avec juste une légère différence de contexte… ^^

.

Du très beau Gaiman donc, dans la veine d’un Stardust ou d’un Coraline pour la poésie de l’histoire et de ses personnages. A noter qu’une adaptation cinéma devrait prochainement voir le jour… 🙂

Les avis d’Arutha, de Kactusss, de Kameyoko sur Fant’Asie.

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « The Graveyard Book (Neil Gaiman) »

  1. @ Olya : mon coup de coeur Gaimanien, c’était pour le tout premier que j’ai lu, Neverwhere. Une grosse claque et un dépaysement total. Je l’ai en VO dans ma PAL d’ailleurs… ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s