Ainsi naissent les fantômes (Lisa Tuttle)

Quand je me retrouve face à un recueil de nouvelles, c’est toujours la même chose. Je dois être particulièrement bien installée, et alors je peux enfin ouvrir mon livre. Avec précaution, mais aussi avec une certaine appréhension mêlée de concentration… Que me réservent ces histoires?

C’est encore plus vrai pour Ainsi naissent les fantômes. Je connais déjà le travail de Mélanie Fazi (qui a traduit et « conçu » ce recueil) pour avoir lu plusieurs de ses ouvrages, alors quand on apprend que Lisa Tuttle n’est rien moins qu’une de ses plus grandes inspirations, j’ai grandement de quoi me réjouir ! 🙂 Ceux connaissant déjà Fazi ne seront donc pas surpris par le style de Tuttle, mais pour ceux qui n’auraient jamais eu l’occasion de découvrir, vous pouvez foncer les yeux fermés!

22297.

Ce recueil cache six nouvelles, traitant toutes des petits mystères du quotidien, de ces choses dont on ne sait pas si on les a rêvées ou si on était bel et bien réveillé… En peu de mots, l’auteur réussit à planter des décors dans lesquels on se projette immédiatement, avec un certain malaise et une bonne dose d’angoisse. Je parlais d’appréhension un peu plus haut dans ce billet, tout simplement car je ne sais pas à quelle sauce je vais être mangée à travers ma lecture, et que dès que je commence à lire les premières phrases d’un récit, il m’est tout bonnement impossible de le lâcher…

Sans surcharge ni mise en scène indigeste et grandiloquente, Lisa Tuttle nous conte donc avec finesse les déboires de ses personnages, dont on ressent le mal-être sans pouvoir parvenir à mettre le doigt sur ce petit truc qui cloche… Seule la lecture permettra de dévoiler toute l’horreur qui se cache derrière un décor d’apparence tout à fait banal ! La touche de fantastique se mute vite en cauchemar, transportant le lecteur dans des scènes brutales et dérangeantes, où la violence est constamment présente, qu’elle soit physique ou mentale… Une des grandes forces de ces récits tient également du relationnel (souvent très fort) entre les protagonistes, de la sensualité brute qui se dégagent de leurs rapports et de leurs sentiments tourmentés vis à vis des épreuves traversées…

Je ne vous ferais pas un descriptif de chaque nouvelle, mais sachez que mes préférences vont pour L’heure en plus (je rêve d’avoir une pièce comme celle décrite, moins les effets secondaires ^^), Le remède (sûrement pour l’attachement que je porte aux mots) et enfin Mezzo-Tinto (parce que c’est typiquement le genre de récit qui me fait frissonner avec le sourire).

.

Voilà donc un bel objet (la couverture est juste magnifique), édité chez Dystopia que je ne peux que vous conseiller! Je vais quant à moi aller creuser un peu plus  l’oeuvre de Lisa Tuttle, en espérant continuer à faire d’aussi belles découvertes! P.S : je vous invite également à consulter la critique du Dragon Galactique, que je remercie pour m’avoir fait découvrir cet ouvrage! ^^

Publicités

2 réflexions au sujet de « Ainsi naissent les fantômes (Lisa Tuttle) »

  1. Ma préférée reste la première Rêves Captifs, qui m’a complètement déstabilisée. Sinon pour le reste je n’arrive pas trop à me décider. Contrairement à la plupart des recueils de nouvelles, il n’y a pas de nouvelles plus faibles que les autres. Mélanie Fazi a vraiment fait un travail remarquable de sélection.

    Je suis contente qu’il t’ait plu en tout cas ^^

  2. Je comprends bien pour le côté destabilisant de Rêves Captifs ! C’est un très bon choix de l’avoir mis en tout début, ça donne bien le ton que peut avoir Tuttle! Et entièrement d’accord sur la cohérence et la qualité de l’ensemble du recueil, un vrai plaisir de lecture… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s