Harmonie (Project Itoh)

Histoire de bien commencer l’année, je me suis décidée à pondre une chronique individuelle pour Harmonie, en lieu et place d’un petit récap’ dans mon prochain billet. Ce court roman, signé par le japonais Project Itoh (de son vrai nom Keikaku Itoh) et publié par les éditions Eclipse nous promet un voyage dans un futur proche, qui n’a de parfait que l’apparence. Voyons voir plus en détail ce qu’il a dans le bide !

Harmonie*

Nous avons donc affaire à une dystopie, japonaise de surcroit. Moi qui ne lit que très rarement d’auteurs asiatiques (et encore moins spécialisé dans la SFFF), je suis assez curieuse de voir comment le thème va être ici traité.

L’auteur nous embarque dans un monde qui fut ravagé par la guerre et la maladie, dans lequel la vie humaine devint le bien le plus précieux d’une humanité en perdition. Une humanité d’ailleurs scindée en deux, une partie étant équipée du système Watch Me, solution en apparence miracle pour une vie parfaite, et l’autre non. En effet, en équipant l’ensemble de la population des pays favorisés dès l’adolescence (seule l’enfance reste épargnée), toute notion de maladie, de déficience devient obsolète, le Watch Me implanté contrôlant en permanence l’état de santé et les fonctions corporelles, dictant ce qui doit être mangé à tel instant ou comment faire face à certains points. Une assistance personnelle permanente donc, mais impliquant également une totale transparence entre les membres concernés, chacun pouvant connaître absolument tout de son interlocuteur d’un simple regard… Un système qui se fissurera le jour où des petits malins profiteront du réseau pour lancer une vague de suicide dans la population équipée…

Le lecteur est inévitablement amené à se poser de nombreuses questions au cours de la lecture d’Harmonie. Une telle organisation promettant en effet de très grandes choses (exit la misère et maladie, une vie saine est offerte à tous sans distinction) mais à quel prix ? Est-ce vraiment le paradis promis, d’être géré à 100% par un système d’information extérieur, ne nous autorisant plus le moindre excès comme le café, les cigarettes ou l’alcool ? Où toute façon de penser est dicté par une puce électronique implantée en chacun des habitants, au point de ne presque plus avoir à réfléchir et de suivre « bêtement » le mouvement ? Sans parler de l’omniprésence du réseau, où les conséquences en deviennent désastreuse si de nouvelles normes de conduite ou une attaque à grande échelle sont lancées en masse… On en vient presque à parler de piratage de l’être humain comme un simple ordinateur, la construction/présentation du roman appuyant ce point puisque chaque chapitre débute (et est régulièrement agrémenté) par du langage informatique, entremêlant ainsi toujours plus humanité et informatique. Quel pouvoir accepte-t-on de laisser aux autres sur notre propre vie, notre propre destin ?

Project Itoh s’interroge sur la façon de réussir à vivre dans une société à ce point aseptisée, où toute vie privée est occultée/annihilée au profit d’une transparence totale et presque obscène aux yeux de notre époque actuelle. En effet, les protagonistes sont formatés pour absolument tout savoir immédiatement, sont simplement choqués par la simple notion de vie privée (au point d’en rendre la notion même tabou) ou complètement perdus face à de petits détails d’un autre temps, comme une carte de visite pour se présenter ou le fait de toquer à la porte pour s’annoncer. Le texte pose donc un questionnement très intéressant sur ce que l’on est prêt à accepter au nom du bien être et de la paix, d’autant plus fort à notre époque où tout est toujours surconnecté et où les contours de la vie privée deviennent de plus en plus flou, au point presque d’accepter avec résignation ce Big Brother qu’Orwell avait si génialement prédit à son époque. Le troublant futur énoncé par Project Itoh ne devient plus si utopique quand on prend les choses sous cet angle…

Le tout étant habilement empaqueté sous forme d’une enquête haletante, menée par une agent de l’Hélix (troupe d’élite contrôlant le système en place) qui bien qu’équipée du Watch Me, fait tout pour se procurer quelques instants de « répits » dans les zones grises de la planète… Une héroïne qui en plus de devoir gérer une menace mondiale, se verra obligée de faire face à son trouble passé…

*

Si on résume, nous voilà donc face à un très bon roman, qui en plus de nous faire passer un agréable moment, nous pousse à nous interroger sur notre propre société et ses potentielles dérives. N’hésitez pas si vous avez l’occasion de vous y plonger !

(Puis comme ça, Lorhkan pourra plus dire que j’écris pas de chronique na na na na nère :p)

Publicités

6 réflexions au sujet de « Harmonie (Project Itoh) »

  1. Mais !… Mais que vois-je ?? Un chronique ? Hourra ! 😀

    Elle est très bien en plus cette chronique, sauf qu’elle ne va pas faciliter mon choix pour la lecture commune du mois de février sur le Cercle d’Atuan…^^ Parce qu’il a l’air vraiment très bien ce bouquin, comme d’autres propositions…

    Bon allez, tu es lancée, maintenant il faut enchaîner ! 😉

    1. Ouais hein t’as vu ! Incredibeul, y’a la vague de froid nord américaine qui va nous tomber dessus si ça continue ! 😀
      eheh, et en plus je joue la vile tentatrice, c’est bien ça c’est très bien même ! ^^ C’est en lice pour la lecture de février pour le cercle d’Atuan? c’est cool ça ! J’ai pas le temps de passer partout, c’est bien dommage mais faudrait que j’essaie de revenir y faire un ptit coucou un de ces quatre…
      je terminerais cette longue réponse en précisant qu’il y aura normalement 2 chroniques supplémentaires pour Janvier. Ce teasing de fouuuu ! x)

  2. Super, une dystopie comme première chronique! Justement, après avoir fini la dystopie pour adolescents « Divergent », j’avais envie d’un truc un peu plus adulte. Parfait, merci bien 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s