Même pas mort (Jean-Philippe Jaworski)

Paru en 2013 chez les Moutons Electriques et premier tome de la trilogie les Rois du monde, Même pas mort est le nouveau petit bijou de Jean-Philippe Jaworski. Si vous ne connaissez pas encore le monsieur (honte sur vous, maudis !), filez découvrir Janua Vera puis revenez par ici ! Parce qu’un auteur qui réussi à mettre (quasiment) toute la blogosphère littéraire d’accord en 3 bouquins, c’est la classe comme on dit !

*

Même pas mort

*

C’est donc avec grand plaisir et une certaine fébrilité (j’ai toujours du mal à commencer des ouvrages qui me font très très envie) que j’ai retrouvé la plume de monsieur Jaworski, qui en deux livres a su rentrer dans mon panthéon des auteurs préférés. Rien que ça ! Cependant j’ai pu lire par ci par là que Même pas mort était un peu plus difficile d’accès que les deux premiers opus qu’il a écrit, qu’il a moins fait l’unanimité. En cause notamment, un style apparemment un peu trop ampoulé par moment et pléthore de noms, parfois très proches et donc relativement difficile à retenir, rendant le suivi du récit un peu compliqué.

Et effectivement, des noms il y en a à foison. Dans des cas comme ça, je ne me prend pas trop la tête à me focaliser sur l’ensemble des protagonistes que l’on rencontre, les plus importants apparaissant naturellement au fur et à mesure du texte tout en reléguant les figurants dans l’ombre. Dès le début, le ton est également donné et j’ai pu retrouver tout ce qui me plait chez l’auteur : un style littéraire fouillé et fourni, absolument pas rébarbatif à mes yeux et collant tout à fait à l’époque concernée, qui a le don de nous emmener tout droit dans son imaginaire et ses terres inventées. C’est simple, je me suis crue en Bretagne une bonne partie de ma lecture, aussi bien à travers les paysages présentés que l’ambiance et la culture celtique décrites… Un vrai régal !

La structure du roman est très particulière, nous invitant à suivre les traces de Bellovèse, à différentes étapes de sa vie. Mais pas dans l’ordre chronologique, sinon ça serait trop facile ! Non,  Jean-Philippe Jaworski nous fait jouer à saute mouton (électrique ahah hum) avec les premières étapes de son personnage (révélant au passage l’origine du titre de ce premier livre), dévoilant ainsi de façon délicate l’incroyable destiné qu’il lui réserve. Si les périples rencontrés par notre héros sont clairement définis durant une bonne première moitié du récit, la suite s’avère être plus floue, naviguant entre instant présent et souvenirs. C’est un peu déroutant au départ quand on ne se rend pas encore forcément compte du chemin pris par le texte, mais on finit par prendre le pli de cette mécanique instaurée par l’auteur sans pour autant perdre l’aura de mystère développée.

Si ce roman rentre dans le cadre du Winter Mythic Fiction, j’aurais en revanche un peu de mal à développer sur le côté merveilleux décrit ici. Les créatures fantastiques, sorcières et autres druides sont bien présents mais on ne fait qu’effleurer le mirage à travers Bellovèse, lui même étant relativement perdu face à de telles apparitions. Il m’est difficile de décrire cet aspect, tant leur présence est indéniable dans le roman mais en même tant très subtil, faisant tourner la tête au héros autant qu’au lecteur. Il faut toutefois garder à l’esprit qu’il ne s’agit là que du premier tome d’une trilogie, il nous reste donc beaucoup de choses à apprendre !

*

A travers Même pas mort, on rentre donc dans les Rois du monde comme on rentrerait dans une ancienne demeure dont on ne sait rien, en soulevant ce vieux rideau d’un geste un peu inquiet dévoilant un vieux couloir poussiéreux dont on devine les contours au fur et à mesure, le temps de laisser à nos yeux de s’adapter… Couloir qui s’avère rempli de merveilles, de portes donnant sur des pièces remplies de trésor qu’il faut savoir apprivoiser !


Winter Mythic Fiction

Publicités

17 réflexions au sujet de « Même pas mort (Jean-Philippe Jaworski) »

    1. je pense que tu n’es pas sortie de l’auberge concernant Même pas mort, les chroniques risquent de continuer à pleuvoir ! Mais ça fait plaisir de voir que la qualité est reconnue… ^^ Y’a un avantage à attendre ceci dit : la suite sera moins longue à attendre et plus facile à prendre en main que lorsqu’on doit patienter longtemps entre deux parties d’un même récit !

      1. Je me dis souvent « à quoi bon écrire une chronique qui va se résumer à : lisez ça, c’est trop bien! » (je suis vite à court d’arguments!) mais finalement, quand je m’y penche un peu, j’arrive à cerner ce qui m’a touché, qui m’a plu et j’essaie d’orienter mes chroniques à comment vendre le bouquin si on me demande ce que j’en pense à dans la rue ou autre.
        Et finalement, ben chacun apporte sa petite touche et son originalité ! (bref, tout ça pour dire : hâte de lire ce que tu as écrit sur Même pas mort !) ^^

  1. Je viens moi aussi d’écrire ma critique, parution semaine prochaine normalement.
    Evidemment, elle ne diffère pas vraiment de la tienne : c’est du bon, du très très bon, de l’excellent même !

    1. y’a pas mal de bouquins qui me font ça, quand j’en lis trop de bien partout ça finit par me rebuter. Enfin d’auteurs que je connais pas essentiellement !

    1. huhu, disons qu’en peu de bouquins (voir même un seul, dès Janua Vera) mister Jaworski a su mettre (quasi) toute la blogo SFFF francophone à ses pieds, mais dès qu’on sort de ce domaine très spécialisé, pas sûre qu’il soit super connu !
      J’espère vraiment que ça te plaira ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s