Stardust (Neil Gaiman)

Je continue sur ma lancée pour le Winter Mythic Fiction, avec de nouveau une valeur sûre. En effet, après Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski, c’est un autre de mes chouchous qui est à l’honneur, à savoir Neil Gaiman (tadaaaaaa ô surprise !) et son conte féérique Stardust. Je l’ai déjà lu il y a un bon moment déjà, ce challenge hivernal me donne donc l’occasion de m’y replonger !

*

Stardust Neil Gaiman

*

L’auteur nous fait voyager dans un drôle d’endroit à travers ce court roman, relatant un périple situé à l’époque victorienne (bien que l’époque n’ai qu’une influence mineure sur le texte) et qui débute dans le petit village anglais de Wall (qui porte bien son nom ^^) où se produit tous les 9 ans un évènement très particulier, pour continuer dans un pays dès plus merveilleux.

Le ton féérique est omniprésent puisqu’on est amené à croiser une étoile, des sorcières (que j’ai du mal à différencier, entre les 3 et la vieille bique sur sa carriole), des héritiers en proie à une légère tendance meurtrière, une licorne et tout plein d’autres petites créatures fantastiques… Le emballé dans une trame simple, relativement courte et rapide, laissant ce sentiment que toutes ces aventures se déroulent sur quelques jours pas plus. Les rebondissements sont bien présents mais pas au point de laisser le roman les mains tremblantes et la bave aux lèvres (n’est-ce pas George) à la fin de chaque chapitre.

Un moment agréable donc mais qui ne me laisse pas pour autant un souvenir particulièrement indélébile. A ma relecture, j’ai eu cette impression de ne parcourir qu’un bout de la vie du héros à tout vitesse, avec cette frustration de ne pas pouvoir découvrir pleinement le pays de Féérie qui pourtant à l’air d’être grandiose et bourré de choses intéressantes. On reste ici dans un récit relativement classique en terme de merveilleux (les nombreuses références annotées aidant également pour percevoir les petits détails du texte), de bonne facture (ça reste du Gaiman hein :p) mais au cours duquel je n’ai pas retrouvé la claque prise lors de  l’excellentissime Neverwhere ou la magie d’un The Graveyard Book par exemple. La concurrence est très rude, faut bien l’avouer !

*

Une chronique un peu vide je l’admets mais je ne vois pas trop quoi dire sans trop rentrer dans le récit en lui même, au risque de trop spoiler… De toute façon, j’imagine qu’une grande partie de mon lectorat l’a déjà lu depuis un moment… x) Je n’ai pas vu l’adaptation ciné réalisée, ça vaut le coup ? 

Winter Mythic Fiction

Publicités

14 réflexions au sujet de « Stardust (Neil Gaiman) »

  1. Je n’ai pas vu l’adaptation ciné (mais la couverture de l’exemplaire que j’ai chez moi en est tirée, et je la trouve très laide lol), Stardust fut le tout premier roman que je découvrais de Neil Gaiman, j’avais bien aimé mais j’en ai découvert d’autres depuis et il est vrai que c’est pas forcément celui-ci que je citerai comme son meilleur.

    1. ah la malédiction des bouquins aux couv’ issues de films… x) Mon premier Gaiman c’était Neverwhere, la barre est donc très très très haute… ^^

  2. La trame est sympathique mais pour moi aussi il manque la visite du pays et le temps passé dans l’univers. J’ai (presque pas) honte de dire que j’en préfère le film car il est plus rythmé. J’ai beaucoup aimé L’étrange vie de Nobody Owens moi aussi !

  3. « on est amené à croiser une étoile, (…) et tout plein d’autres petites créatures fantastiques… »
    Et des pirates. Dans le ciel. Ne jamais oublier des pirates. Même d’étranges pirates. Même dans le ciel.
    Tout à fait d’accord sinon. Bien sur une échelle générale, pas indispensable sur une échelle gaimanienne.

  4. Je n’avais pas été forcément très convaincu par Nobody Owens… C’était mon premier Gaiman, mais je sais maintenant que j’ai du mal avec les lectures jeunesse.
    Et pour Stardust, je ne sais pas trop… Un jour peut-être ! Il a l’avantage d’être vite lu. 🙂

    1. Oui voilà, un jour ! C’est sûr que si on commence avec un auteur sans être convaincu à 100% ça aide moins pour la suite… ^^ (même si Gaiman c’est le bien, y’a même une secte prévue à cet effet… huhu)

  5. Moi j’ai une certaine affection pour ce roman, il est simple mais en même temps très riche (et superbe dans sa version illustrée).
    Le film est vraiment sympa, l’adaptation est bien ficelée (pas forcément fidèle mais ils ont su sortir ce qui marche à l’écran), avec de très bons rôles secondaires. On le compare souvent à The Princess Bride, c’est pas démérité comme réputation ^^.

    1. ah pour la version illustrée je veux bien te croire ! Pour la richesse, je suis entièrement d’accord : quand on voit les annotations tout le long du texte, on sent que la réflexion est poussée et que les références pleuvent à tout va… et ça c’est quelque chose que j’aime beaucoup, même si je passe à côté de la majeure partie…

  6. Ton article m’a donné envie de le lire ! Même si l’univers a l’air éloigné de son « Sandman », que je suis en train de dévorer, miam !

    1. sans avoir lu Sandman, je peux quand même dire que ça n’a surement rien à voir… Mais ça reste du Gaiman, donc c’est bien (la secte, encore et toujours… :p). 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s