La Ménagerie de Papier (Ken Liu)

Tranquillement mais surement, je continue à découvrir de nouveaux auteurs… Des classiques indéboulonnables pour la plupart, à l’image de Robert Silverberg, mais également des plus contemporains, comme c’est le cas aujourd’hui avec le sino-américain Ken Liu. Plébiscité de toute part, son recueil de nouvelles La Ménagerie de Papier ne pouvait donc que m’intriguer…

Verdict ?

La Ménagerie de Papier

Bon, le moins qu’on puisse dire, c’est que la rencontre n’a pas été  des plus évidentes au premier abord… J’ai vraiment eu beaucoup de mal à rentrer dans ce recueil, la première moitié ne m’ayant pas plus convaincue que ça malgré quelques bons éléments. Les textes me laissaient globalement de marbre et les personnages ne suscitaient aucune empathie ni attachement particulier de ma part. Au point quand même de me demander si je lisais ce même recueil qui a enchanté une bonne partie de la blogosphère !

Je pense maintenant qu’une majeure partie de ce ressenti vient du fait qu’à ce stade il est encore trop tôt pour dégager une thématique commune à l’ensemble de ces écrits, puisqu’évoquant des sujets sans vraiment de rapports apparents entre eux. Ce n’est vraiment qu’à partir de la (sublime) Ménagerie de Papier que j’ai enfin pu apprécier comme il se doit le travail fourni par Ken Liu, effleurant du bout des doigts les subtilités des sujets communs distillés dans ces nouvelles très variées.

*

Et ce schéma global, c’est celui de la communication. Avec ses joies et ses peines, ses difficultés inévitablement liées à l’incompréhension entre les espèces ou les individus, ses différentes formes (oral, écrit, corporel) et bien évidemment les tragédies qui en découlent. L’auteur axe finalement énormément ses histoires sur les interactions entre individus et les intenses émotions qui en découlent, à l’image de l’Algorithme de l’amour et son utilisation d’une l’IA poupée plus vraie que nature, nous permettant de suivre le tragique parcours de la créatrice ou encore la Ménagerie de Papier, fabuleuse nouvelle éponyme du recueil… Véritable joyau de cet ouvrage, j’ai rarement lu un texte aussi beau et prenant, accédant sans problème au top du top de mes lectures tant il prend le lecteur au tripes par son sujet, son déroulement et les émotions terribles qu’il fait ressentir. C’est simple, mon coeur s’est serré tout au long de ma lecture et frémit encore aux souvenirs de celle ci à mesure que je tape ces mots sur mon clavier. Je n’ai pas la larme à l’oeil facilement quand je lis mais là, la fin bouleversante m’a laissée pantoise. Une pépite, une merveille dont on comprend aisément les multiples récompenses qu’elle a reçue, poétique à souhait avec ses fragiles animaux de papier, dont la vie ne tient qu’au faible souffle transmis par l’amour d’une mère perdue en territoire inconnu. Fable sur le passage difficile de l’enfance à l’adolescence puis vers l’âge adulte, cette nouvelle  synthétise à elle seule le rude combat (mais ô combien commun) mené par des milliards de personne, laissant ses traces indélébiles profondément marquées en chacun de nous. Magistral.

Ken Liu évoque également les avancées technologiques et ses impacts sur l’humanité, posant la question du bénéfice de celles ci et jusqu’à quel point est on prêt à accepter ces interventions. Trois textes m’ont particulièrement intéressée sur ce point : Emily vous répond et les résultats imprévisibles d’une intervention sur la mémoire, Trajectoire mettant en avant les aspects difficiles causés par le rajeunissement éternel de l’organisme, et enfin Faits pour être ensemble, critique à peine voilée de l’omniprésence de Google et de son implication dans notre quotidien. Bien qu’assez prévisible dans son déroulement et son intrigue, cette dernière pose toutefois de bonnes questions sur les compromis que l’on est prêt à accepter pour vivre une vie sereine et agréable, à l’abris des désagréments et du moindre trouble…

Enfin, certains textes s’avèrent nettement plus liés entre eux et posent les bases d’une réflexion intéressante sur notre intégrité en tant qu’espèce et la colonisation d’une nouvelle planète. L’auteur nous invite en effet à nous pencher sur la découverte et le peuplement de Pélé à travers Le peuple de Pélé, Mono no Aware et les Vagues (celle-ci concluant d’ailleurs d’une très belle façon le recueil), trois nouvelles situées à des centaines d’années d’écart les unes des autres, mettant ainsi l’accent sur les différences de valeurs et de culture que développent des lieux et conditions de vies à des années lumières de distance. Une forme de pensée particulièrement pertinente puisque soulignant l’incompréhension (et donc les tensions) entre espèces et intra espèce, la capacité d’outrepasser ce qu’on a finalement toujours connu et de remettre en cause ses croyances, tout en gérant le côté obtus et borné de ceux dont l’esprit s’obstine à rester fermé en faisant face à la peur de l’inconnu. Oui, tout ça.

*

La Ménagerie de Papier brasse donc une variété de situations particulièrement intéressantes, prouvant que peu importe la période ou les peuples, les mêmes difficultés subsistent inévitablement. Une densité d’informations qu’il est bien plus facile d’appréhender dans sa totalité, chaque nouvelle en éclairant une autre à sa façon. J’ai tendance à préférer les recueils disposant d’une grosse thématique commune (à l’image de l’excellentissime Petite Déesse) que je trouve plus aboutis et moins brouillons, assurant au mieux la cohérence générale d’un ouvrage.

La Ménagerie de Papier reste à mes yeux moins poétique dans sa globalité que la Petite Déesse, mais 1) il ne faut pas comparer (la structuration et le but ne sont pas du tout les mêmes ici) 2) vu l’immense qualité de l’ouvrage de McDonald, pas évident d’atteindre un tel niveau. Ken Liu s’en approche énormément, j’ai juste moins vibré et moins été touchée par son ensemble de textes. Les gouts et les couleurs me direz vous ! Cette réflexion me permet finalement de mieux me connaitre dans mon appréciation des recueils, j’apprécie énormément un fantastique sombre et moite à la Mélanie Fazi /Lisa Tuttle ou par la magie d’un McDonald par exemple.

*

Ken Liu signe donc avec la Ménagerie de Papier un très bon recueil de nouvelles, développant des idées particulièrement intéressantes sur les relations que peuvent développer les différents être vivants et les émotions qui en découlent. Pas l’immense coup de coeur qu’on pu ressentir certains pour ma part, mais un ouvrage de qualité qui mérite amplement sa place sur vos étagères !

Publicités

8 réflexions au sujet de « La Ménagerie de Papier (Ken Liu) »

    1. ahah ça c’est parce que j’ai plein de temps libre en ce moment… x) Quand je serais en mesure de retravailler, ça sera autre chose ! x) Mais ouais, je suis sur un bon feeling là : pas de prise de chou concernant le rythme de publication, prise de notes et surtout je blogue pour garder une trace de mes lectures finalement, comme une sorte de petit journal de bord perso. C’est quand même chouette de pouvoir se créer une base culturelle comme ça sur le web, j’aime beaucoup l’idée de vraiment maitriser les domaines qui me tiennent à coeur ! 🙂

    1. Honnêtement, je suis vraiment rentrée dans le recueil que sur la fin. Y’a vraiment que la nouvelle éponyme qui m’a soufflée, le reste est bien mais c’est à la réflexion post lecture que j’ai vu les bonnes idées développées par l’auteur. Assez particulier comme sentiment en fait, parce que c’est bon mais à la lecture je m’éclate plus sur un roman d’aventure bien ficelé. Donc je comprend tout à fait qu’on puisse en ressortir déçu, j’ai pas non plus pris la claque dont tous les autres parlaient !

    1. J’ai remarqué que si je prend pas de notes, je suis incapable d’écrire quoi que ce soit de productif une fois ma lecture finie… N’ayant pas vraiment envie de me contenter de dire « ouaiiiis c’était trop bieeeen » ou « bouuuuh, c’était trop nuuuul », je note mon ressenti au fur et à mesure, mais sans que ça soit une contrainte : si rien ne me vient en tête, c’est pas bien grave ! Globalement, j’évite de répéter l’histoire, ça n’a pas d’interêt, j’essaie plus de savoir pourquoi ce que je lis me plait ou non. 🙂
      Chacun sa façon de procéder, je ne me met pas d’obligation vu que je sais que c’est la meilleure manière pour que face tout l’inverse ! :p

    1. Difficile en même temps de faire un recueil parfait, composé uniquement de petites tueries, surtout qu’il y a pas mal de textes ici ! Un auteur à suivre de très près, s’il récidive du même niveau, ça promet ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s