Le prophète et le vizir (Yves et Ada Rémy)

Enfin ! Après avoir bavé dessus pendant plusieurs mois, j’ai pu me le procurer lors des Dystopiales 5, un chouette évènement organisé par les librairies Scylla et Charybde. Yves et Ada Rémy y étaient en effet en dédicace, il y a d’ailleurs de fortes chances que je vous reparle d’eux bientôt, le Prophète et le Vizir n’étant pas le seul ouvrage du couple à être tombé dans mon escarcelle ce jour là… ^^

J’inaugure donc leurs écrits avec ce récit, qui a fait couler pas mal d’encre sur la blogosphère littéraire, une grande majorité de ces critiques étant élogieuses ! Et histoire de tuer le suspense dès l’intro, la mienne va dans ce sens aussi…  Vous avez quand même le droit de la lire ! :p

le-prophete-et-le-vizir-remy

Ce petit recueil comporte donc deux nouvelles : L’ensemenceur et Les huit enfants du vizir Fares Ibn Meïmoun. Les deux étant intimement liées, puisque la seconde relate de façon précise un évènement prophétisé dans la première… Une façon de faire que j’ai beaucoup apprécié, l’exercice n’étant pas forcément dès plus évidents pour conserver un équilibre juste entre les deux histoires, sans que l’une prenne trop le pas sur l’autre, tout en conservant une qualité d’écriture irréprochable.

Le premier texte nous entraine à travers le bassin méditerranéen, partant de l’Arabie Saoudite et traversant la Turquie, l’Italie et la France mais également toute la région du Mahgreb… On y suit Kemal bin Taïmour, un jeune homme en proie à des visions lointaines et répétées, prophétisant un futur plus ou moins proche de chaque endroit qu’il a l’occasion de visiter. Mais dans la majorité des cas, il s’agit de catastrophes terribles ! Notre héros se retrouve donc dans une position délicate, comment prévenir la population d’évènements qui n’arriveront que dans un avenir lointain? J’ai beaucoup aimé ce premier récit, l’invitation au voyage est là, on se laisse immédiatement envouter par cette atmosphère orientale si particulière… La délicatesse de l’écrit et le style fluide et relevé y sont pour beaucoup, les époux Rémy utilisant la répétition des visions de façon légère et subtile pour nous conter l’incroyable et et terrible destin qui attend Kemal.

Le second texte est intimement lié au premier, puisque l’on y suit les protagonistes de la toute dernière révélation funeste prédite par Kemal. Une prophétie qui annonce la mort des huit enfants du redoutable vizir Fares Ibn Meïmoun, qui va alors chercher par tous les moyens (même les plus vils), à les sauver. Mais à quel prix? On retrouve là encore le style fluide et dansant des auteurs, qui colle si bien à l’histoire qui nous est contée. La thématique orientale est bien évidemment plus que présente, l’Islam également, et de façon délicate et poétique (ce qui est loin d’être désagréable par les temps qui courent). J’ai beaucoup apprécié la notion de destinée abordée, le fait d’avoir constamment plusieurs choix de chemins possibles qui se présentent à nous et que chaque acte réalisé à des répercutions qui sont parfois difficiles à imaginer. La fin quant à elle est très bien trouvée, laissant une grande part de mystère et de réflexion au lecteur, qui ne pourra qu’imaginer le tragique sort réservé à certains personnages sans avoir de réponse définitive…

Deux jolis contes donc, qui nous transportent instantanément en plein bivouac dans le désert, à siroter un thé à la menthe autour d’un feu après une traversée (éprouvante ou non) à dos de chameaux… Une belle invitation au voyage, que ça soit par le cheminement parcouru par ces deux textes que par l’époque qu’on est amené à visiter !

Un dernier point enfin pour souligner encore une fois la grande qualité physique de l’ouvrage, ayant déjà été énormément séduite par l’édition d’Ainsi naissent les fantômes, Dystopia Workshop nous gratifie de nouveau d’un travail remarquable, très beau et très soigné, qui me donne juste envie de posséder toute leur collection rien que pour ça !

.

Une première découverte du couple Rémy qui fait plus que mouche, je suis ravie d’avoir pu me procurer trois de leurs ouvrages chez Charybde ! A ne pas lire trop vite cependant pour conserver un peu de leur magie plus longtemps… 🙂

Publicités

8 réflexions au sujet de « Le prophète et le vizir (Yves et Ada Rémy) »

  1. Un très bon ouvrage en effet, dont je garde un très bon souvenir.
    Une très belle écriture, une jolie atmosphère de contes orientaux, j’ai beaucoup aimé.
    Et moi aussi je ne vais pas en rester là avec le couple Rémy : dès demain je vais acheter « Les soldats de la mer », avec les auteurs en dédicace à rennes ! 🙂

    1. Cool ! Hâte de lire ta future chronique alors… ^^
      Tu vas à quelle librairie à Rennes? J’y passe dans pas longtemps et si je peux découvrir un nouveau lieu, c’est tout benef ! 🙂

      1. Elle est sur ma liste celle-ci, avec le Dahlia Noir aussi ! Reste à voir si j’aurais l’occas’ d’y aller ! 🙂

    1. Deux jolies histoires dans une belle édition, c’est tout bénèef ! 🙂 Après, faut avoir le temps, surtout si la PAL déborde… ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s